Index des nombreuses pièces d’escrime avec la rapière que le Carrousel apprit à Francfort-sur-l’Oder. Dans un bouquin. Une transcription de bouquin.

  Hey hey, les gens, c’est la rentrée. Et la rentrée, c’est généralement le moment où on a un tout nouveau cartable, où on fait des stages AMHE en exhibant ses nouveaux tatouages aux membres du sexe opposé (ou du même sexe, pour les gens civilisés) et surtout, surtout, où on s’intéresse à de nouveaux…

C’est la parabole sur le poisson mort et la barre à mine…

Les petits nenfants, nous avons parlé des sources (un peu), nous avons parlé des éditions de sources (déjà plus) et des gens (beaucoup).  J’ai notamment pas mal insisté sur la cohérence de l’approche, la nécessaire contextualisation, l’importance de la méthode et surtout, l’omniprésence des babouches dans les arts martiaux. Aujourd’hui, nous allons parler des objets…

Vous ne savez pas quoi faire ? Faites des nœuds avec vos mains.

« Écarter un double coup médian Item, placez-vous ainsi, lorsqu’il approche, pour écarter. Avancez la cuisse gauche, le bâton dirigé vers le sol, la main droite étendue au dessus de votre tête. Pendant qu’il agit, tournez votre main droite vers votre hanche et estoquez son visage.S’il vous estoque ainsi le visage et que vous vous tenez de…

Déjà, à l’époque, on s’amuse. Have fun.

Suite au respectable et courageux travail de Didier de Grenier, qui fait ce que personne ne voulait faire (probablement parce que la plupart des AMHAteurs sont des gros faignants) je cite un manuscrit de la tradition bolonaise d’escrime. Vous me pardonnerez les modifications et modernisations. L’art de l’escrime avec des armes qui ne taillent pas,…

Quand ça coupe, ça coupe !

Ça vole dru ces derniers temps niveau « on s’entraîne avec des armes aiguisées ». Et pourtant, nulle part le Carrousel ne voit mentionnée la donnée essentielle: le raisonnement derrière cette logique.Parce que bon, que des gens soient assez confiants, voire assez compétents pour le faire au sein d’un programme cohérent, ok. J’avoue même que mon âme…