Le coutelas selon André Pauernfeyndt, parce que.

On me l’a demandée, je m’ennuie, la voilà.

Nota: cette traduction n’est pas un mot à mot. Elle ne transcrit pas un témoin spécifique, mais se veut une synthèse des trois textes que vous pourrez trouver dans ce document. Je suis bien évidemment preneur de toute réflexion, du moment qu’elle est faite poliment.

Ce chapitre enseigne comment porter avec avantage le coutelas, qui est très utile car il est polyvalent. Ses enseignements sont applicables à toutes les armes utilisées avec une main, comme le « dussack » ou le poignard, l’épée de taille ou l’épée estoc et beaucoup d’autres, que je ne mentionne pas par souci de concision.

P1

La première pièce
Tiens-toi en face de lui, ton flanc gauche devant, que les quillons soient près de ton genou, la pointe vers l’adversaire. S’il frappe par-dessus, marche en triangle ou en faux et pare au plus court pour marcher et contre attaquer de loin.
Contrer la première pièce
Si l’adversaire te frappe comme sur l’image, en allongeant sa pointe, lève ton arme pointe en haut et feinte vers son oreille gauche, pour le forcer à se défendre. Donne alors un grand coup contre son attaque.
Affaiblir la longue pointe
Tiens-toi avec la pointe haute. Si l’adversaire te frappe, estoque son bras par-dessous, afin qu’il se bloque lui-même. C’est quelque chose de fréquent quand on est assis derrière une table et que l’adversaire est en face, ou quand on est à cheval.
Une autre défense
Si tu notes que l’adversaire veut affaiblir ton attaque, alors frappe-le en feintant, afin qu’il perde un mouvement, sans pouvoir te frapper.
P2

Une pièce

Tiens-toi avec le pied gauche devant, la pointe de ton coutelas devant toi, menaçant le visage adverse d’un estoc. Juste après, empare-toi de lui et frappe de loin. Mais si l’adversaire se défend de ton attaque, frappe plus court et travaille à ton avantage.
Se défendre
Si ton adversaire se tient devant toi ainsi, éloigne-toi et empare toi du fort de son coutelas avec le dos du tien. Frappe en travers. Ainsi, tu le découvres et tu peux alors travailler librement.
La feinte
Pour feinter depuis la pointe levée, ton pied gauche doit être devant et ton arme levée avec le bras tendu. Frappe son oreille gauche de travers tout en marchant. Laisse ton arme passer de l’autre côté avec un autre pas, et frappe sur son oreille droite tout en te défendant en haut.
Défense contre la feinte
Si l’adversaire feinte par-dessus pour frapper de l’autre côté, en passant d’un côté à l’autre par-dessous, empare toi de sa deuxième attaque avec le dos de ton coutelas, afin de te libérer. Tu peux alors le frapper et le découvrir.
Une pièce
Si l’adversaire frappe par-dessus et que tu frappes aussi de cette manière, veille à marcher sur la droite avec le pied gauche, afin qu’il ne te touche pas. Ramène ton arme et frappe au dessus de son bras droit pour toucher sa main avec le coup du turc
P3

Une pièce

Tiens-toi avec le pied gauche devant, la pointe du coutelas devant le pied. Si l’adversaire frappe, empare-toi de son attaque avec le dos de ton arme et dans la garde du jour. Tu peux aussi te contenter d’estoquer son visage en haut, ou encore de ramener ton arme autour de ta tête et donner un coup aérien.
Se défendre
Tiens-toi avec le pied droit devant, le coutelas près de ta poitrine avec le pouce dessous et le tranchant au dessus. Quand tu notes que l’adversaire désire lancer son arme vers toi, repousse sa pointe avec le faux tranchant et ta main, puis marche et frappe de loin.
Une autre méthode
Tiens-toi avec le pied droit devant, le coutelas contre ta poitrine, le tranchant vers le haut et la pointe à l’opposé. Ainsi, tu peux frapper par-dessus ou par-dessous et changer ton attaque. Tu peux aussi estoquer son visage et t’emparer rapidement de l’adversaire, afin de pouvoir te défendre et attaquer en même temps avec une attaque au dessus du bras droit.
Comment se défendre
Si l’adversaire se tient comme cela devant toi, bondis vers lui et hors de la ligne. Laisse le premier coup tomber au plus court et marche en frappant de loin, afin d’atteindre son visage depuis le jour.
Une autre pièce
Place-toi avec le pied droit devant, le coutelas avec la main renversée sur le genou. Si l’adversaire frappe par-dessus, marche loin derrière son coup avec le pied gauche. Attrape cette attaque avec le dos de ton coutelas et frappe sa main droite par-dessus.
P4

Une pièce

Quand l’adversaire se tient devant toi avec une épée à deux mains ou encore avec un épieu, et que tu n’es armé que d’un coutelas, tiens-toi abaissé, avec la pointe dirigée vers lui sur la droite. Quand il donne son coup brutal, depuis le jour, marche en triangle et défend toi au plus court, afin qu’il soit découvert. Marche alors vivement vers lui et frappe avant qu’il ne puisse revenir en garde.
Comment se défendre
Quand tu as échoué dans ton attaque, ramène ton pommeau de manière à ce qu’il descende sur ton plat, te permettant ainsi de donner un grand coup sur l’adversaire.
Une pièce avec la main libre
Quand l’adversaire se tient devant toi avec une épée ou un coutelas, ou une autre arme, et que tu n’as pas d’armes, observe comment il s’en prend à toi. Marche en triangle ou d’une fausse marche et attrape sa main droite avec ta propre main droite. Attrape son coude droit avec ta main gauche, déséquilibre-le et renverse-le au sol.
Une autre pièce de la main libre
Quand ton adversaire estoque par dessous avec son coutelas ou une autre arme courte, tombe sur sa main droite avec ta main gauche et empare t’en. Attrape son arme par-dessous avec ton autre main renversée. Tourne son coutelas vers le haut, la pointe dirigée vers son buste, et marche de manière à placer ta poitrine derrière son arme, de manière à le frapper avec sa propre défense.
La clé
Ceci est appelé la clé car elle déverrouille toute serrure. Voici comment la faire : quand l’adversaire estoque de son coutelas, du poignard ou de sa dague, et que tu n’as aucune arme en main, tiens toi fermement et croise tes bras l’un sur l’autre, devant toi. Tu peux alors ouvrir toutes les défenses, tous les estocs qui te sont donnés, par-dessus ou par-dessous.
Se défendre de la clé avec la main libre
Si l’adversaire estoque par dessus avec un coutelas, inverse ta main droite et attrape son bras droit, au plus près de la main. Fais tourner tandis que ta main gauche s’emparer de lui au plus près du coude, afin de le renverser au sol.
Une autre méthode
Quand l’adversaire estoque, attrape son bras avec tes deux mains et marche en dessous de ce bras pour le tordre. Ainsi tu le brises et tu le désarmes.
Encore une autre
Attrape son bras avec les deux mains, tourne-le sur ta droite et brise le bras sur ton épaule droite.
Une autre
Attrape son bras des deux mains vides et marche vers lui. Tourne-toi sur ta droite et brise son bras sur ta poitrine.
Une autre manière de lutter
Tu peux aussi attraper son col et marcher derrière son pied droit avec ta jambe droite. Renverse-le au dessus de ton genou droit. Tu peux aussi le faire avec la jambe gauche derrière sa jambe droite, et le renverser au dessus du genou gauche.

Nota : le texte français comme le texte de 1516 disent « gauche » quand le texte de 1531 dit « droit ». Pas parceque c’est une erreur, mais parce que les arts martiaux, ça change.
Une autre méthode avec la main libre
Attrape sa main droite avec ta main gauche, tandis qu’avec ta main droite tu saisis son coude par-dessous. Ramène ce coude vers toi alors que ta main gauche pousse ta main en haut et loin de toi. Bondis alors derrière sa jambe gauche avec ta jambe droite et renverse-le au dessus te ton genou droit.
Maintenir l’adversaire au sol
Quand l’adversaire est au sol, veille à toujours tomber sur sa droite, avec le genou droit entre ses jambes, la main gauche saisissant son col. Tu peux aussi attraper ses deux bras avec tes deux mains. Si tu désires l’épargner un peu, ne tombe pas sur lui de trop haut, et contente toi d’attraper son arme afin de travailler selon ton désir.
P6

Une autre méthode

Si l’adversaire tombe sur son dos, empare toi de ses jambes avec les deux mains sous les genoux et lève-les. Abaisse ton genou entre ses jambes pour tomber sur ses testicules, en le maintenant immobile avec ta main sur ses deux jambes. Travaille selon ton plaisir.
Entrer en lutte
Quand l’adversaire donne un coup brutal depuis le jour, frappe devant toi, afin qu’il ne puisse pas t’écraser avec son attaque. S’il frappe à l’intérieur de ton attaque, attrape la pointe de ton coutelas de ta main gauche et passe sous son attaque, afin d’amener son coup sur sa tête. Place-toi à l’intérieur du poplitée et tire.Ainsi, il tombe en arrière sur sa tête.
Une autre manière de rentrer
Quand l’adversaire te donne un pareil coup de brute, pose le fort du dos de ton coutelas sur ton bras gauche, afin qu’il ne puisse t’écraser au sol. Bondis pour passer sous son attaque avec une parade haute. Attrape sa main droite avec ta gauche et brise son bras depuis cette main, afin de le découvrir et lui donner un coup de brute à ton tour.
Une pièce
Quand l’adversaire brise ta main droite, tu dois suivre son attaque au plus près et attraper son épaule droite avec la main gauche. Déséquilibre-le avec le pied droit qui appuie derrière son genou gauche, pour le pousser loin de toi et qu’il tombe
Se défendre de l’estoc
Quand l’adversaire estoque par-dessus ou par-dessous, dévie l’estoc de ton visage, au plus court avec le dos de ton coutelas. Donne un coup volant sur lui, ou une autre forme de travail.
Se défendre
Quand tu vois que l’adversaire veut se défendre de ton estoc, ramène ton arme vers toi afin qu’il ne puisse réussir sa parade. Il échoue et se découvre.
P5

Déchiffrer la volée

Tiens-toi avec le pied droit devant et renverse ta pointe en la suspendant. Si l’adversaire frappe ton visage par-dessous, marche et frappe aussi son épaule gauche par-dessous. Renverse ta main droite pendant que tu entailles l’épaule et repousse son épaule droite avec ta main gauche, afin qu’il soit forcé de se tourner et de se découvrir.
 Comment se défendre
Quand l’adversaire frappe sous ton épaule et qu’il veut déchiffrer ta volée, attrape l’arrière de sa main droite avec la fusée de ton coutelas en travers se son bras. Attrape la pointe de ton arme avec la main libre renversée, afin de ramener le tout vers toi, et de le désarmer.
Désarmer l’adversaire
Quand tu frappes l’adversaire, et que tu échoues, colle ton bras avec son coutelas et pousse vers l’arrière. Détourne-toi de l’adversaire et passe-le au dessus de ton épaule gauche
La défense
Passe derrière lui pour lutter
Contrer la défense
Estoque l’adversaire entre ses jambes pour toucher les testicules.
L’estoc doublé
Estoque son visage par-dessus afin qu’il ne puisse s’emparer de ton attaque. Marche encore une fois et estoque en renversant la main, toujours par-dessus. Tu te défends en même temps en faisant cela. Laisse aller sur le côté afin de frapper de la meilleure manière

Pour les curieux, il y a l’exemplaire de la BNF sur Gallica.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s