Index des nombreuses pièces d’escrime avec la rapière que le Carrousel apprit à Francfort-sur-l’Oder. Dans un bouquin. Une transcription de bouquin.

 

Hey hey, les gens, c’est la rentrée. Et la rentrée, c’est généralement le moment où on a un tout nouveau cartable, où on fait des stages AMHE en exhibant ses nouveaux tatouages aux membres du sexe opposé (ou du même sexe, pour les gens civilisés) et surtout, surtout, où on s’intéresse à de nouveaux documents pour bien se surcharger de boulot et ne pas approfondir les choses de l’année passée.

Non, je déconne, c’est bien les sources multiples, quand on peut les croiser avec d’autres sources de la même traditions ou bien quand elles interrogent sur les pratiques que l’on pratique (oh, un peu lourde, cette phrase).

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, je vais brièvement parler de rapière. De rappier. D’espada ropera. Bref, d’un truc pointu, qui coupe un peu et qui est long. Et le mec qui fait une blague graveleuse est invité à sortir. Ou à être applaudi par tous.

Le maître

Où en étais-je ? Ah, oui, la rapière. Arme italienne, maniée par des gens fourbes et généralement pourvus d’un bouc noir comme la nuit, bref, un italien.

Sauf que non, pas toujours. Tenez, ce brave Joachim Meyer, pas fourbe pour un sou et probablement affublé d’une digne barbe blonde, traite de la rapière, dans son bouquin. Comme d’une arme certes amenée par des étrangers, mais qu’il s’approprie avec brio pour lui coller sur le dos 300 ans de tradition martiale endogame (comprendre « culturellement très marquée teutonne »)

Et bien il ne fut pas le seul teuton à le faire. Par exemple, un brave homme, du nom de Biberstein, mais que nous appellerons ici Bibi, semble produire un carnet de notes, souvenir de ses cours d’escrime à Francfort sur l’Oder (donc l’autre Francfort). Ca se passe à la toute fin du XVIe siècle, c’est court, c’est intéressant et bien foutu.

Le Carrousel a donc décidé, grâce au travail (transcription indispensable et traduction utile) de Reinier van Noort, d’offrir à la sacro-sainte communauté une brève traduction, dans la langue de Jérôme Cahuzac, du travail de Bibi l’escrimeur allemand.

Allez, au boulot, bande de feignants.

Les cinq attaques. Les parades doivent être acquises de la bonne manière

épée rapière

Les différentes parties de la lame

parties épée

  1. Si l’on vous donne un coup de taille par l’intérieur et que votre épée est devant, ne laissez pas le coup la toucher. Avant que les lames ne se rencontrent, laissez aller [votre épée] en marchant vers votre adversaire avec le pied gauche. Attaquez sa tête par l’extérieur en retournant la main.
  2. Ainsi, si l’on vous donne un coup de taille par l’extérieur, ne le laissez pas toucher mais laissez aller [votre épée]. Décalez-vous sur votre droite avec le pied gauche et frappez sa tête par l’intérieur.
  3. Si l’on vous donne un coup de taille sur le coude droit, par l’extérieur, marchez en avant avec le pied gauche et poussez vers sa poitrine avec la main retournée. Vous devez noter que si vous donnez un coup de taille ou un coup d’estoc, il faut toujours tourner la tête pour la placer de l’autre côté.
  4. Si l’on vous donne un coup de taille sur l’épée, par l’intérieur, penchez bien le corps en arrière et passez dessous pour arriver de l’autre côté et marchez pour pousser vers sa poitrine, en tendant le bras et en retournant la main.


    Le battement.

  5. Si l’on vous donne un coup de taille sur votre tête, par l’intérieur, battez avec le fort de votre lame le faible de la sienne. Passez votre pied gauche derrière votre pied droit, laissez la lame tourner autour de votre tête et donnez un coup de taille sur son visage, par l’intérieur, vous aussi.
    Cependant, si c’est par l’extérieur que l’on donne un coup de taille, battez encore sa lame et laissez tourner la votre autour de votre tête, avancez le pied gauche dans sa direction et donnez un coup de taille sur sa tête, par l’extérieur.
    Vous pouvez aussi faire ceci : frappez fermement sa lame, par l’intérieur et faites comme si vous alliez faire votre attaque simultanément. S’il laisse aller [son épée] battez le coup de taille qui vient, laissez votre lame tourner autour de votre tête puis marchez et donnez un coup de taille sur sa tête. Vous pouvez aussi faire ceci de l’autre côté.


    La suppression.

  6. Si l’on vous donne un coup de taille par l’intérieur, laissez le fort de votre lame tomber sur le faible de sa lame. Ceci supprime sa lame. Alors, vous pouvez entailler son visage par l’extérieur avec le faux tranchant. Laissez votre lame tourner autour de votre tête et donnez un coup de taille sur son visage, par l’extérieur, en l’accompagnant d’une retraite pour vous défendre.
    Si l’on vous donne un coup de taille par l’extérieur, supprimez sa lame par l’extérieur, comme avant, puis entaillez son visage par l’intérieur avec le faut tranchant. Donnez ensuite un autre coup de taille vers son visage tout en reculant.


    La frappe à la main.

  7. Menacez sa tête d’un coup de taille par l’extérieur en réalisant une demi-marche. S’il lève [son épée] pour se défendre, passez votre pied gauche derrière votre pied droit et penchez-vous en arrière. Donnez un coup de taille en tendant le bras, grâce au troisième coup de dessous, pour atteindre son poing. Vous pouvez aussi le menacer d’un estoc de dessus par l’intérieur grâce à une marche. S’il lève [son épée] pour se défendre, ne laissez pas les lames se rencontrer l’une l’autre. Passez plutôt sous sa lame pour aller de l’autre côté et frapper son bras de taille, par l’extérieur. Vous pouvez aussi frapper son épée par-dessous avec le fort. S’il laisse aller [son épée] penchez vous en arrière et donnez un coup de taille vif sur son bras, en tendant le vôtre, à la manière d’un coup médian.


    L’attaque circulaire.

  8. Donnez un puissant coup de taille sur sa lame, par l’intérieur. S’il laisse aller [son épée], ramenez vivement votre arme au dessus de votre tête, tout en plaçant votre tête de l’autre côté. Donnez alors un coup de taille sur sa tête, par l’intérieur, avant qu’il ne fasse de même. Si vous devez placer votre tête de l’autre côté, c’est parce que l’attaque qu’il va donnez passe tout près de vous. Vous pouvez réaliser cette attaque de l’autre côté.


    L’attaque à la cuisse.

  9. Donnez un puissant coup de taille sur sa lame. S’il laisse allez [son épée], battez l’attaque qu’il vous donne. Penchez votre corps et placez votre tête de l’autre côté. Bondissez alors vivement et donnez un coup de taille sur sa cuisse. Une fois cette attaque réalisée, revenez vite devant lui, afin qu’il ne puisse pas vous attaquer.


    L’attaque au tendon d’Achille.

  10. Donnez un puissant coup de taille sur sa lame, par l’intérieur. S’il laisse aller [son épée], battez l’attaque qu’il vous donne ou parez-le, peu importe. Bondissez d’un coup sur son côté droit et donnez un coup de taille sur son tendon d’Achille.


    La frappe simultanée.

  11. Si l’on vous donne un coup de taille sur la tête depuis l’intérieur, tournez votre bras tendu de manière à ce que le fort de votre arme soit dirigé contre son attaque et que votre lame pointe vers votre droite. Ne laissez pas son attaque toucher, mais laissez aller [votre épée]. Donnez alors un coup de taille vers son visage, par l’extérieur, tout en avançant votre pied gauche. Vous pouvez faire ceci de l’autre côté.


    La frappe médiane.

  12. Donnez un puissant coup de taille par l’intérieur afin d’atteindre sa lame. S’il laisse aller [son épée], faites un bond circulaire sur son côté droit et donnez un coup de taille vers sa poitrine. Vous pouvez aussi attaquer son épée par-dessous et par l’extérieur, avec force. S’il laisse aller [son épée], bondissez vivement sur son côté gauche et donnez un coup de taille vers sa poitrine.


    La saisie par-dessus.

  13. Si quelqu’un vous donnez un coup de taille sur la tête, par l’intérieur, bondissez avec le pied droit pour vous emparer de son attaque avec le fort de votre lame. Votre tête doit bien rester derrière votre lame. Lorsque vous vous êtes emparé ainsi de sa lame, enlevez-lui sa rapière en passant la main gauche en dessous. Ensuite, vous pouvez donnez un coup de taille sur sa tête, par l’extérieur. Vous pouvez aussi faire cela lorsque l’on vous frappe de l’extérieur.
  14. Pour pouvez parez d’une autre manière. Par exemple, donnez un puissant coup de taille sur sa lame. S’il laisse tomber [son épée], emparez-vous de son attaque avec le fort de votre arme de manière à ce que la pointe de votre lame soit au dessus de votre bras gauche. Donnez alors un coup de taille sur sa tête par l’extérieur. Vous pouvez faire ceci de l’autre côté.

S’en suivent plusieurs pièces:

Le demi Cercle:

Demi cercle 1

La feinte circulaire:

sketch-1410448916629

Le Demi Cercle:

Demi cercle 2

La Feinte:

Feinte

depuis ceci:

Bidule

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s