Déjà, à l’époque, on s’amuse. Have fun.

Suite au respectable et courageux travail de Didier de Grenier, qui fait ce que personne ne voulait faire (probablement parce que la plupart des AMHAteurs sont des gros faignants) je cite un manuscrit de la tradition bolonaise d’escrime. Vous me pardonnerez les modifications et modernisations.

L’art de l’escrime avec des armes qui ne taillent pas, cela s’appelle jouer. 

Il n’est pas permis à un joueur, dès qu’il a reçu un coup, d’avancer de plus d’un pas pour frapper son ennemi. La raison est que, si l’on voulait avoir la liberté de faire autant de pas qu’on veut, cela ne serait plus jouer, cela serait plutôt combattre pour de bon.

Bien des fois, il peut advenir qu’un joueur, dès qu’il reçoit un coup, contrevient sur son ennemi d’autant de pas qu’il lui plaît. Dominé par la colère, il ne se souciera pas que son ennemi lui donne en tout lieu de sa personne. Il voudra lui-même le frapper encore et lui donner quelques coups. A cause de cela, les observateurs ne savent pas toujours discerner ce qui s’est passé, et ce à cause de celui qui a brutalement couru sur son ennemi avec plus d’un pas.

Mais pourquoi ai-je dit qu’il fallait pas marcher en avant de plus d’un pas lorsqu’on reçoit un coup ? D’autres disent en effet qu’il faudrait marcher d’autant de pas que désirés. Je réponds à ces gens que cette action s’utilise dans l’art de combattre. Je leur réponds que lorsqu’on s’est fait attaquer, on est libre d’avancer et aussi de se retirer quand on veut. Bien des fois, il advient qu’une personne qui reçoit une frappe ait le courage de vouloir aller sur l’ennemi pour faire vengeance. Mais la botte est parfois d’une telle nature qu’il n’est pas possible d’avancer. Il tombe alors à terre.

C’est pour cette raison que, dans l’art de jouer, on ne peut pas avancer de plus d’un pas dès qu’on reçoit un coup. Si tu voulais avancer de plus de pas, je l’explique au dessus, et si l’épée fût tranchante, le coup pourrait être de telle nature que, bien que tu veuilles courir en avant, tu pourrais tomber par terre.

Ms 345, bibliothèque Classense, Ravenne. f°12r.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s