Fort et faible, c’est sur l’épée.

L’organisation de l’épée selon le faible et le fort.

L’épée est d’abord divisée en deux parties. D’abord, de la fusée jusqu’au milieu de la lame, c’est « le fort » Ce qui est après est appelé « le faible ». Cependant, il y a quatre sous parties, comme le monde l’image en dessous. D’abord, dans la partie intérieure, c’est-à-dire la poignée, qui permet de travailler avec le pommeau, la croix et la fusée. La partie suivante permet de travailler avec le tranchant et la pression, et c’est ici que le fort a toute sa place. La troisième partie de l’épée permet le travail changeant, au moyen du faible et du fort, selon l’occasion et la possibilité. La dernière est toujours le faible, qui permet de travailler vers les ouvertures.

épée meyer

Ms.A.4°2, Joachim Meyer, 1560/1568, f°6v, traduction personnelle (merci à Kevin Maurer)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s