Le 18/11, vous apprenez que oui, à l’époque, les lames étaient flexibles.

Tout d’abord, lorsque vous avancez vers votre adversaire et que votre épée se retrouve en haut, soit parce que vous frappez en remontant soit parce que vous préparez un coup de dessus, et que pendant ce temps il frappe la gauche de votre tête, bondissez alors sur son coté gauche et vers lui, pour vous éloigner de son attaque, puis percutez son attaque en cours au moyen de votre plat extérieur. Vous devez frapper le fort de son épée si puissamment que la partie avant de votre lame va plier pendant ce coup en passant au dessus de son épée pour atteindre sa tête. Cela le touchera de manière certaine si vous frappez simultanément avec lui et que votre épée est au dessus de la sienne.

Après ce coup, que cela ait touché ou non, retirez votre épée et frappez la diagonale opposée, en bas et contre son bras droit. Pendant cette attaque, avancez votre pied gauche loin sur sa droite et penchez bien votre tête derrière la lame de votre épée. Retirez vous rapidement et frappez en attrapant son oreille gauche avec votre faux tranchant. Si vous sentez qu’il cherche à glisser après cela, ne le laissez pas toucher, mais échapper vous sans qu’il puisse toucher. Croisez vos mains en l’air, la droite au dessus de la gauche et  frappez avec le faux tranchant pour atteindre son oreille droite. Donnez ensuite un coup travers en passant autour et largement. Et notez que s’il vous poursuit rapidement après le coup de dessous que vous venez de réaliser et qu’il est vif à prendre le jour, alors vous ne pouvez pas venir à l’écoulement. Il vaut mieux sentir le moment où il se retire de votre épée et le poursuivre avec une entaille sur ses bras, etc.

Discours détaillé de l’art de l’escrime, Joachim Meyer, 1570. Livre I, f°31v, traduction personnelle.

PS: les rageux me pardonneront, mais ablauffen est un cauchemar à traduire. Donc ce sera s’écouler, et pas autre chose.

Publicités

4 réflexions sur “Le 18/11, vous apprenez que oui, à l’époque, les lames étaient flexibles.

    • Mein gott, monsieur Blanchet, comme vous y allez !

      Vous savez bien que rien ne vaut la caresse du winden rigide sur nos poignets… A choisir entre une arme qui demande du travail et une arme qui est rigide du faible au fort, pourquoi choisir celle qui demande de la technique ?

      Après tout, s’il faut faire des efforts pour faire de l’escrime, où allons nous ?

  1. Si on frappe du plat, nos feder modernes plient aussi 😉
    Surtout sur le fort de l’adversaire en pleine frappe, qui fait un joli point d’appui.
    Les simulateurs plastiques le font tous le temps et dans toutes les positions eux…

    • Ça dépend lesquelles, monsieur de la capitale des Gaules, ça dépend lesquelles. Et il est indéniable qu’il y a une recherche de la rigidité a tout prix qui confine au pathologique, voire au problème d’ordre sexuel.

      Quand j’entends des excuses du genre « oui, mais j’arrive pas a appuyer avec mon plat sans que ça plie » j’ai simplement envie de répondre « arrête de faire de l’escrime, gros malin ». Mais comme le Carrousel est gentil et bienveillant, il se contente de dire « n’appuie pas avec ton plat, banane ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s