Le 06/11, on dégaine encore, mais 150 ans plus tôt.

MS_Ludwig_XV_13_19v - Copie

De cette manière, l’épée se défend de la dague
Avec l’épée je te blesse, la dague ne pourra rien faire

Manuscrit de la collection Pisani Dossi, Fiore dei Liberi, 1409, traduction personnelle.

Quand tu lèves le bras pour me donner de la dague, je pose vivement le fourreau sur le bras de la dague, de manière à ce qu’il ne me fasse rien. Puis je dégaine vivement mon épée et si je le peux, je le blesse avant qu’il ne puisse me toucher avec sa dague.

Je pourrais aussi ôter la dague de sa main de la même manière qui est utilisée par le premier maître de la dague.

Je pourrais encore l’attacher dans le lien médian, à savoir le troisième jeu de la dague, du premier maître qui remédie.

Ms Ludwig XV.13, Fiore dei Liberi, entre 1400 et 1420. Traduction personnelle.

Publicités

2 réflexions sur “Le 06/11, on dégaine encore, mais 150 ans plus tôt.

    • C’est moins développé que du iaijutsu, il n’y a que des traces marginales de dégainement avec les épées longues tenues à deux mains, notamment parce qu’elles ne sont pas portées de manière continuelle et hebdomadaires.
      Je penche beaucoup plus pour des dynamiques de défense lors d’événements officiels, où certains responsables, comme des capitaines de compagnies ou des membres de conseils urbains portent l’épée au fourreau sur l’épaule.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s