Gros bout, petit bout, le bâton dans tous ses états.

Les A.M.H.E., ce sont avant tout des sources. De la méthode aussi, mais je suis bien trop pénible avec ça ces derniers temps. Donc, voici un bout de sources. Même si les découper en petit bouts, c’est mal.

Pour les gens curieux, il paraît qu’il y en a dans les AMHE, c’est la partie dédiée au bâton dans le KK 5012, attribué à l’escrimeur Peter Falkner, daté de la fin du XVe siècle. On en trouve une bonne transcription et traduction en anglais dans le livre eponyme de C. Tobler, qui sera critiqué sous peu sur ce merveilleux blog.

f°58r

Note ce que je dis: sois vif avec le bâton, enroule et soulève, escrime-toi et abaisse.

N’oublie pas de plonger, ainsi que de faire les cinq coups, en tombant depuis le dessus.

Apprends aussi, depuis l’enroulement, à trouver les coups et les estocs.

C’est ce que dit le texte juste après.

f°58v

Ms._KK5012_58v

Si tu veux agir avec raison, tu devras réaliser les quatre liens.

Lorsque tu le lies par devant avec un coup du changement et qu’il te charge avec la pointe dressée devant ta poitrine, alors cours aussi vers lui, également avec ta pointe.

S’il frappe par dessus avec l’autre pointe, frappe aussi avec l’autre.

Ainsi, il ne pourra te nuire.

f°59r

Ms._KK5012_59r

Une autre pièce, que l’on nomme l’écrasement.

Lorsqu’il te lie avec le bâton, tu dois tomber sur sa nuque avec le bâton, en passant la pointe au dessus de son épaule.

S’il veut écarter ta pointe avec l’autre pointe du bâton, frappe vivement sa tête avec ton autre pointe, ou percute sa poitrine.

f°59v

Ms._KK5012_59v

Une autre pièce, lorsqu’on est éloigné de l’adversaire.

S’il donne un coup ou qu’il percute ton visage, ou ta poitrine, pare son coup ou son estoc avec puis réalise toi-même un estoc ou une percussion sur sa tête ou ses jambes.

f°60r

Ms._KK5012_60r

Note une autre technique.

Lorsqu’il te lie vivement et que tu le lies également par le dessus, fais en sorte que son bâton rejoigne le tien et compresse ses doigts afin qu’il laisse aller son bâton.

On appelle cela le gond.

f°60v

Ms._KK5012_60v

Une autre pièce, que l’on appelle l’enveloppement par le dessus avec les deux pointes.

Lorsque quelqu’un tombe sur toi avec une pointe au dessus de ta nuque, tu devras l’enrouler avec l’autre pointe.

S’il tombe avec l’autre pointe sur ta nuque, mais de l’autre côté, tu ne dois pas tarder à percuter son visage ou sa gorge en passant entre ses mains.

f°61r

Ms._KK5012_61r

Note une très bonne pièce avec le bâton, que l’on appelle se faufiler.

Lorsque tu portes un bâton et qu’il en porte aussi un, qu’il frappe ton corps ou ta cuisse, alors remonte ta pointe arrière depuis le bas, sur ton côté droit, et tombe de très haut avec ton bras droit sur sa poitrine.

Avec ton pied droit derrière lui, cela le renversera.

Traduction personnelle, soumise à toutes les règles habituellement en vigueur et rappelées quelque part ici.

Publicités

2 réflexions sur “Gros bout, petit bout, le bâton dans tous ses états.

  1. Pingback: La dague de Peter Falkner | Sources et Café

  2. Pingback: Notre premier café | Sources et Café

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s