Le 15/10, entre la « vox » et la « res », il y a le « nomen ».

Comme le dit Aristote dans le livre « De l’interprétation » : Les opposés se distinguent mieux lorsqu’ils sont placés côte à côte, faible contre fort, ferme contre tendre,etc.

En effet, si l’on oppose la force à la force, c’est toujours le plus fort qui est victorieux. C’est pour cela que l’escrime de Liechtenauer est un art juste et raisonnable, parce qu’il permet à un homme faible de vaincre avec certitude un homme fort qui use de sa force, et cela grâce à son art et son esprit.

Ms 3227a, anonyme, f°22v, traduction personnelle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s