Parce qu’il y a un poète en chacun de nous.

Citation en l’honneur d’un véritable ami, professionnel du coutelas, qui vient de faire un grand pas sur place dans la vie:

Avec cette arme qui s’étend
On suspend aisément après l’attaque.

Avec votre corps, marchez loin
Et envoyez vos puissants coups tout autour de lui.

Aux quatre ouvertures laissez-les voler
Et avec finesse et par votre allonge, vous le feinterez.

Défendez vous avec le fort
Blessez simultanément avec le faible.

Il n’est nul besoin d’être près de l’adversaire
Car on peut le rejoindre d’un pas.

Quand il vous charge
La pointe vous protège.

Mais s’il se jette sur vous
Vous devez être le premier à saisir et à lutter.

Faites grand cas du fort et du faible de votre arme,
Profitez des ouvertures sur l’instant.

Déplacez-vous bien, dans l’Avant et l’Après,
Guettez avec attention le bon moment,
Et ne vous laissez pas provoquer facilement.

Discours détaillé sur l’art de l’escrime, Joachim Meyer, livre II, f°1r.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s