Citation du 26/08/13

« Je suis le compas qui mesure
Ô escrimeur entend mes arguments
Tu pourras alors saisir la cadence

L’ours tourne de manière naturelle
Pour marcher ici, là, en avant et en arrière.
De la même manière, ton épaule fera en sorte
Que ton épée se mette en traque.

Je suis le bélier, toujours à observer
Parce que ma nature me pousse à charger
Ainsi, ta taille sera intelligente
Et défendra, quand il faudra le faire

La main droite se doit d’être prudente
Comme le serpent, mortelle et pleine d’ardeur

Avec la main gauche, maintiens la pointe de l’épée
Pour attaquer avec elle quand ce sera le moment.
Et si tu veux terminer cette attaque
Fais en sorte d’être rapide comme le lévrier.

L’œil doit être attentif, tout comme le cœur
Prudent, mais néanmoins audacieux

Et celui qui ne possèdera pas ces clés
Je lui ferais une petite guerre en jouant avec.
La jambe devrait porter le nom de clé
Parce qu’elle se ferme, aussi bien qu’elle peut s’ouvrir

Vois le soleil faire une grande révolution.
Là où il prend naissance, il termine son mouvement.
Le pied doit tourner, à l’image du soleil,
Si tu veux que le jeu s’accorde avec ta personne.

Le pied gauche solide, sans peur
Fait qu’il soit ferme comme le rocher
Et alors ta personne sera entièrement préservée.

Lorsque l’un ou l’autre pied fait un coup
Comme la roue du moulin il tourne vite
Le cœur y travaille avec attention
Et ce sera à lui d’être honteux, ou honorable »

Cod. 1324, f°15r. D’après P. Vadi. Traduction personnelle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s